Observation du marché

La navigation intérieure européenne

Sélectionnez la période

Chapitre en cours

12

A2016 Q1

Aperçu du marché
Printemps 2016

14

A2016 Q2

Observation du marché
Année 2016

4

A2016 Q3

Aperçu du marché
AUTOMNE 2016

6

A2016 Q4

Aperçu du marché
Hiver 2016-2017

14 Chapitres disponibles

Résumé

La navigation intérieure Européenne

CHIFFRES CLÉS

  • Dans l’Union européenne sont actuellement transportées sur les voies de navigation intérieure environ 550 millions de tonnes de marchandises.
  • Environ 330 millions de tonnes sont transportées sur le Rhin (soit deux tiers du transport dans l’UE)
  • Transport sur le Rhin :
  1. 1er semestre 2015 : + 3 %
  2. 2e semestre 2015 : – 11 %
  3. Taux de croissance annuel moyen de 2010 à 2015 : +1.5% (Début 2010 = reprise de la croissance du transport fluvial après la crise)

     

UN MODE DE TRANSPORT
ENTRE STABILITÉ ET CHANGEMENT

 

  • La quantité de marchandise transportée sur les voies d’eau intérieures européennes est relativement stable au fil des ans.
  • Parallèlement à cette stabilité existent toutefois des variations de la demande de transport qui sont liées aux fluctuations cycliques de l’activité économique.
  • Malgré la tendance relativement stable sur plusieurs années, une évolution structurelle est en cours.
  • Les marchandises qui représentaient une grande partie du transport il y a vingt ans, à savoir les minerais, produits pétroliers et matériaux de construction, ont diminué de 35 % sur cette période de vingt ans. Les minerais et matériaux de construction sont des produits en vrac dont le rapport entre le poids et la valeur est peu élevé.
  • Parallèlement a été constatée au cours des vingt dernières années une hausse de 95 % d’autres marchandises, notamment les conteneurs, les produits chimiques et le charbon.

STRUCTURE DES MARCHANDISES TRANSPORTÉES SUR LE RHIN

 

graph resume

legende_FR

Source : Destatis

 

UN MODE DE TRANSPORT
INTÉGRÉ DANS UN CONTEXTE GÉNÉRAL ÉCOLOGIQUE, POLITIQUE, ÉCONOMIQUE ET DE LOGISTIQUE INTERMODALE

 

  • Le transport par bateau de navigation intérieure est fortement dépendant de facteurs exogènes, tels que les conditions environnementales naturelles (voir l’impact des basses eaux au deuxième semestre de l’année 2015) ou les conditions sociopolitiques ; la politique énergétique de certains États comme l’Allemagne en est un exemple.
  • Le transport par bateau de navigation intérieure est lié aux autres modes de transport et constitue ainsi dans les corridors de transport européens une offre logistique complémentaire.

UN MODE DE TRANSPORT
QUI A CONNU UN DÉVELOPPEMENT DIFFÉRENCIÉ EN 2015

 

  • La demande de transport sur le Rhin a connu une évolution favorable au premier semestre de l’année 2015. Ainsi, les quantités transportées ont augmenté de 3 %. Le produit des quantités transportées et de la distance de transport (prestation de transport) a même augmenté de 7 %.
  • La baisse des quantités transportées sur les voies d’eau européennes au deuxième semestre résulte d’une période de basses eaux du mois d’août au mois de novembre. En raison des faibles hauteurs d’eau, le chargement des bateaux a dû être limité. Cela s’est traduit par des restrictions pour le transport de grandes quantités de marchandises liquides et solides en vrac. Sur l’ensemble de l’année a ainsi été enregistrée sur le Rhin une légère baisse de 4 % de la demande de transport.
  • Cette période de basses eaux a aussi affecté d’autres fleuves européens, avec le même effet limitatif sur l’évolution des quantités. Cela a concerné le transport de marchandises, mais aussi le transport des passagers. Ainsi, la période de basses eaux a donné lieu à des restrictions pour certaines croisières.
  • Sur l’axe nord-sud, des Pays-Bas au nord de la France en passant par la Belgique, sont transportées environ 20 % des marchandises en Europe. En 2015 a été constatée ici une forte hausse des transports de produits agricoles ; ceux-ci revêtent une grande importance sur cet axe nord-sud, de même que d’autres catégories de marchandises (produits pétroliers, sables, terres et matériaux de construction). Sur cet axe, la tendance est positive pour le transport de produits pétroliers et de produits agricoles.
  • La navigation sur le Danube, qui assure le transport d’environ 10 % des marchandises en Europe, a enregistré un recul en 2015 pour le transport de marchandises. De ce fait, l’indice de fret a également diminué pour les transports sur le Danube. L’absence de précipitations régulières et en quantité suffisante dans le bassin du Danube s’est traduite par une baisse du taux de chargement des bateaux au deuxième semestre. En outre, certains bateaux ont dû être allégés afin de passer certains secteurs critiques et des interruptions temporaires de la navigation ont été nécessaires.
  • Mais cette faible hydraulicité a également eu des effets positifs. Ainsi, les prix du transport ont augmenté de manière significative, ce qui s’est aussi traduit par une hausse des chiffres d’affaires, malgré la baisse des quantités. Dans les pays où sont transportés les volumes les plus importants, aux Pays-Bas et en Allemagne, le chiffre d’affaires a augmenté de 4 % en 2015. Les coûts d’exploitation ayant légèrement diminué en raison de la baisse du prix du carburant, les conditions d’exploitation se sont améliorées pour la navigation intérieure en Europe occidentale.
  • L’évolution de la flotte de bateaux à marchandises demeure marquée par un très faible taux de nouvelles constructions. Tel est le cas à la fois en Europe occidentale et dans le bassin du Danube. Le taux de nouvelles constructions est toutefois relativement élevé pour la navigation à passagers ou plus précisément dans le segment des croisières fluviales. Ainsi, près de 20 nouveaux bateaux de croisières fluviales ont été mis en service en Europe. Cela correspond à près de 10 % de la flotte de bateaux de croisières fluviales existante.
  • Les perspectives pour l’année 2016 sont légèrement positives pour le transport de marchandises ; les quantités pourraient augmenter de 3 % à 5 %. Cette hausse résulte d’une part d’un effet de base lié aux basses eaux et à la baisse des quantités qui en a résulté en 2015. Cet effet de base implique des effets de rattrapage qui se traduisent par un taux de croissance plus élevé. La hausse prévue résulte aussi de l’évaluation économique de la demande de transport, les prévisions pour les différents segments de marchandises permettant de conclure à un résultat globalement positif.

UN MODE DE TRANSPORT
TOURNÉ VERS L’AVENIR AVEC UN POTENTIEL DE RENOUVEAU

 

  • Actuellement peut être observé un faible renouvellement de la flotte ; il existe néanmoins des initiatives novatrices qui permettent de réduire la consommation de carburant et d’améliorer ainsi la durabilité du mode de transport. Ici peut être mentionné notamment le recours au gaz naturel liquéfié (GNL) en tant que carburant.
  • En outre peuvent être mentionnées des initiatives régionales, par exemple la création d’une ligne régulière pour le transport de conteneurs sur la Moselle. Cela démontre qu’il est possible d’introduire de nouveaux modèles d’affaires et prouve que de nouvelles offres peuvent générer une nouvelle demande.

Un projet co-financé parCommission Européenne

Haut de page