Aperçu du marché
Printemps 2017

Observation du marché
Année 2017

Aperçu du marché
AUTOMNE 2017

Le rapport de l’Aperçu du Marché Hiver 2017-2018 n’est pas encore disponible et sera publié en février 2018

10 Chapitres disponibles - Télécharger le PDF

Évolution de la taille de la flotte

 

 

  • 73 % de la flotte européenne sont des barges à cargaison sèche et des bateaux à cargaison sèche automoteursDiminution (- 2,8 %) du nombre de bateaux opérant en Europe de l’Ouest en 2016 par rapport à 2015

 

 

  • En Europe, plus de 13 500 bateaux offrent des services de transport intérieur de marchandises (cargaison sèche, cale citerne, bateaux pousseurs et remorqueurs) avec une capacité de chargement totale de 17 millions de tonnes. Environ 74 % de la flotte européenne provient des pays du Rhin. Le secteur d’activité principal est la cargaison sèche ; 73 % de la flotte européenne opèrent dans ce segment.

 

 

Pays rhénans

 

 

  • En 2016, plus de la moitié de la flotte existante était enregistrée aux Pays-Bas. La flotte allemande en représentait 25 %.
  • La majorité des bateaux opèrent dans le secteur des cargaisons sèches, sauf en Suisse et au Luxembourg, où opèrent, respectivement, plus de navires-citernes et de bateaux pour voyageurs.

 

 

Évolution de la flotte dans les pays rhénans (nombre de cargaisons sèches, de bateaux cale citerne, de bateaux pousseurs et de remorqueurs)

Source : Source : agences nationales, calcul de la CCNR *Allemagne : données pour 2015

 

 

  • Au cours de la dernière décennie, l’évolution de la flotte du Rhin a été marquée par une réduction du nombre total de bateaux opérant sur le marché (-12 %) mais aussi par une augmentation de la capacité de chargement disponible (20 %). Cela signifie que les bateaux nouvellement construits dans le secteur de la navigation intérieure, en particulier entre les années 2007 et 2009, ont été construits avec une capacité de chargement plus élevée.
  • De 2015 à 2016, la flotte totale du Rhin a également diminué (- 2,8 %),  principalement sous l’influence de la réduction du nombre de bateaux français (-15 %) et des bateaux néerlandais (- 1 %) dans le secteur des cargaisons sèches. La capacité de chargement disponible a diminué (- 1,4 %) alors que les bateaux de petite et moyenne taille ont quitté le marché.

 

 

Evolution de la flotte pour cargaison sèche dans les pays rhénans

Source : Source : agences nationales, calcul de la CCNR

 

 

  • Dans le secteur des cargaisons sèches, le nombre de bateaux a diminué au cours de la dernière décennie (-16 %) principalement en raison du départ des bateaux plus petits du marché en Allemagne, en France et en Belgique. La capacité de chargement disponible a augmenté (13 %) au cours de cette période, atteignant 10,3 millions de tonnes en 2016.

 

 

Evolution de la flotte à cale citerne dans les pays rhénans

Source : Agences nationales, calcul de la CCNR *Allemagne : données pour 2015

 

 

  • Dans la navigation à cale citerne, le nombre total de bateaux a diminué (- 13 %) dans tous les pays à partir de 2010. La capacité de chargement a cependant augmenté (+ 49 %) au cours de la décennie écoulée pour atteindre 3 millions de tonnes en 2016. Des bateaux plus grands ont été construits au cours de cette période.
  • En raison des nouvelles règles de sécurité le long du Rhin, les bateaux-citernes devront avoir une double coque d’ici fin 2018. Ainsi, certains bateaux à coque unique existants ont quitté le marché au cours de cette période ce qui constitue la raison principale de la baisse globale de la flotte de bateaux-citernes. En 2011, environ 60 % de la flotte étaient constituée de navires à double coque mais, en 2017, ce pourcentage est passé à 82 %.

 

 

Evolution de la flotte de bateaux pousseurs et de remorqueurs dans les pays rhénans

Source : Source : agences nationales, calcul de la CCNR *Allemagne : données pour 2015 ; France : données non comprises

 

 

  • La flotte de pousseurs et de remorqueurs est restée presque stable à environ 1 200 bateaux pendant une décennie en ce qui concerne l’ensemble de la flotte des pays rhénans, à l’exception de la France. Il a particulièrement baissé en Allemagne (- 7 %) et en Belgique (- 31 %) à partir de 2008.

 

 

Pays danubiens

 

 

  • La Roumanie possède la plus grande flotte des pays danubiens et elle représente 44 % de la flotte totale du Danube.

 

 

Évolution de la flotte dans les pays danubiens (nombre de cargaisons sèches, de bateaux cale citerne, de bateaux pousseurs et de remorqueurs)

Source : Commission du Danube

 

 

  • Au cours de la dernière décennie, le nombre de bateaux opérant dans la région du Danube a diminué (- 9 %) mais à un taux inférieur à celui des pays rhénans (- 12 %). La capacité de chargement disponible a également chuté (- 16 %) si bien que le tonnage moyen est resté stable à environ 1 000 tonnes par bateau.
  • De 2014 à 2015, la flotte totale du Danube a connu une légère augmentation (1,3 %) principalement sous l’influence de la construction de nouveaux bateaux en Roumanie (+ 5 %) dans tous les secteurs d’activité. La capacité de chargement disponible a diminué (- 0,5 %), principalement en raison du fait que les bateaux ukrainiens ont quitté le marché.

 

 

Evolution de la flotte pour cargaison sèche dans les pays danubiens

Source : Commission du Danube

 

 

  • Le transport de marchandises sèches est le marché dominant avec environ 74 % de la flotte opérant dans ce secteur. Cependant, en Hongrie et en Autriche, plus de 70 % des entreprises opèrent dans le transport de voyageurs.
  • Dans le secteur des cargaisons sèches, il y a eu une baisse (- 13 %) du nombre total de bateaux au cours de la dernière décennie, qui a été particulièrement prononcée à partir de 2011. Cette chute était particulièrement pertinente en Ukraine (- 48 %) et en Hongrie (- 29 %) ; cependant, la flotte roumaine a augmenté (21 %) au cours de cette période. La capacité de chargement disponible a diminué d’environ 730 000 tonnes au cours de la décennie. En 2015, la majeure partie de la flotte existante pour les cargaisons sèches étaient des barges, représentant de 73 % à 90 % de la flotte totale pour les cargaisons sèches dans chaque pays.

 

 

Evolution de la flotte à cale citerne dans les pays danubiens

Source : Commission du Danube

 

 

  • Le secteur des bateaux citernes a été dominé par la flotte roumaine qui a augmenté de 57 % en dix ans. En général, l’évolution a été positive pour tous les pays à l’exception de l’Ukraine et de la Hongrie, mais le marché des cales citernes continue à maintenir une faible part de marché. La capacité de charge totale a progressivement augmenté en dix ans (+ 40 %) pour atteindre les 222 000 tonnes en 2015.

 

 

Evolution de la flotte de bateaux pousseurs et de remorqueurs dans les pays danubiens

Source : Commission du Danube

 

 

  • Le nombre de bateaux pousseurs et de remorqueurs a légèrement diminué à partir de 2010, essentiellement en raison de la réduction des flottes ukrainienne (- 25 %) et hongroise (- 27 %). De 2014 à 2015, le nombre total de bateaux s’est rétabli en raison de la construction de nouveaux bateaux en Roumanie (+ 20 %).

 

 

Comparaison entre la structure de la flotte du Rhin et du Danube (2015)

 

 

  • La structure de la flotte dans les pays du Rhin et du Danube est similaire puisque la plupart des bateaux transportent des cargaisons sèches en vrac. En 2015, un total d’environ 7 300 et 2 600 bateaux à cargaisons sèches ont opéré respectivement dans les pays du Rhin et du Danube. Dans la navigation a cale citerne, la structure est légèrement différente. Le secteur ayant plus d’activités dans la région du Rhin davantage de bateaux sont actifs dans cette zone (15 %). Environ 1 550 bateaux-citernes sont actifs sur le Rhin comparativement aux 216 bateaux opérant dans la région du Danube. La flotte de bateaux pousseurs et remorqueurs a représenté un pourcentage plus élevé que les bateaux-citernes dans la structure de la flotte du Danube, ce qui montre que le secteur des cargaisons sèches est encore toujours un marché prédominant..

 

 

Structure de la flotte du Rhin

Source : Offices nationaux

 

 

Structure de la flotte du Danube

Source : Commission du Danube

 

 

 

 

Analyse de la structure de la flotte

 

 

  • 1965 et 1979 sont en moyenne les années de construction des bateaux à cale sèche et à citerne dans les pays rhénans

 

 

Pays rhénans

 

 

  • Le marché d’Europe occidentale se caractérise par une flotte relativement ancienne. En Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas, près de la moitié des bateaux actifs dans la navigation intérieure ont été construits il y a plus de 50 ans. En France, ces bateaux représentent environ 80 % de la flotte totale. Il reste encore quelques bateaux (15 % de la flotte européenne) qui ont été construits il y a plus de 75 ans et qui sont particulièrement présents aux Pays-Bas et en Allemagne.
  • La Suisse est le pays qui possède la flotte la plus récente (87 % des bateaux ont été construits dans les 35 dernières années) ce qui est principalement dû à une vague de nouveaux bateaux de croisière dans les années 2010-2016. La flotte Luxembourgeoise est aussi relativement moderne (65 % des navires ont été construits dans les 35 dernières années) mais les nouveaux bateaux sont principalement apparus dans la navigation par bateaux-citernes.

 

 

La flotte du Rhin par secteur d'activité et par année de construction (nombre de bateaux)

Source : Source : IVR, calcul de la CCNR. Note : la flotte du Rhin désigne ici la flotte enregistrée dans les pays du Rhin (Belgique, France, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas et Suisse).

La flotte du Rhin par secteur d'activité et par année de construction (nombre de bateaux)

Source : Source : IVR, calcul de la CCNR. Note : la flotte du Rhin désigne ici la flotte enregistrée dans les pays du Rhin (Belgique, France, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas et Suisse).

La flotte du Rhin par secteur d'activité et par année de construction (nombre de bateaux)

Source : Source : IVR, calcul de la CCNR. Note : la flotte du Rhin désigne ici la flotte enregistrée dans les pays du Rhin (Belgique, France, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas et Suisse).

La flotte du Rhin par secteur d'activité et par année de construction (nombre de bateaux)

Source : Source : IVR, calcul de la CCNR. Note : la flotte du Rhin désigne ici la flotte enregistrée dans les pays du Rhin (Belgique, France, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas et Suisse).

 

 

 

  • En moyenne, l’année de construction est 1965 pour les bateaux à cale sèche et 1979 pour les bateaux à cale citerne. Dans le transport de voyageurs, bien que les nouveaux bateaux aient été construits ces dernières années, l’année moyenne de construction est 1959. Pour les bateaux pousseurs et remorqueurs, l’année moyenne est également 1959.
  • Dans la navigation à cale citerne, un grand nombre de nouveaux bateaux à moteur sont venus sur le marché ces dernières années et les nouvelles constructions sont attendues pour les prochaines années. La raison derrière cela est que la plupart des entreprises chimiques, telles que BP ou Shell, ne signent de contrats qu’avec des bateaux de moins de 25 ans pour des raisons de sécurité et de qualité. Cela expliquerait pourquoi 37 % de la flotte de bateaux-citernes a moins de 20 ans.
  • En ce qui concerne les barges à cale citerne, la structure des années est différente. Environ 36 % d’entre elles ont été construites il y a plus de 70 ans et seulement 7 % ont moins de 20 ans.
  • Dans le segment des cargaisons sèches qui se caractérise par un grand nombre de petites entreprises familiales, le nombre de bateaux nouvellement construits est beaucoup plus faible que dans le secteur des bateaux à cale citerne. Environ 43 % de la flotte ont été construits entre 1940 et 1970 et seulement 15 % des bateaux ont moins de 20 ans. .
  • Dans le transport de voyageurs, il y a un grand nombre de bateaux, principalement des bateaux de croisière fluviale qui ont été construits entre 1876 et 1930 et représentent environ 31 % de la flotte.  De nouveaux navires de croisière sont cependant apparus ces dernières années ; environ 8 % d’entre eux ont été construits à partir de 2009.

 

Pays danubiens

 

 

  • Sur le marché d’Europe de l’Est quelques différences peuvent être décelées entre les pays caractérisés par une flotte plus âgée (la Croatie, la Moldavie et la Hongrie) et les pays disposant d’une flotte plus récente (la Bulgarie, la Roumanie, l’Ukraine et la Slovaquie).

 

 

La flotte du Danube par année de construction (% basés sur le nombre de bateaux)

Source : Commission du Danube

 

 

  • Dans les pays danubiens, le pourcentage des navires plus anciens (ceux qui ont été construits il y a plus de 75 ans) est beaucoup plus faible que dans les pays du Rhin, et ne représente que 2 % de la flotte totale.
  • En Croatie et en Moldavie, la structure de la flotte par année de construction est assez similaire. La plupart des bateaux ont été construits entre 1941 et 1970.
  • En Hongrie, la moitié de la flotte a plus de 45 ans.
  • En Bulgarie et en Roumanie, environ la moitié de la flotte a été construite au cours des trois dernières décennies. Dans ces pays, la plupart des entreprises opèrent dans le transport de marchandises et leurs navires sont relativement récents par rapport à la flotte de cargaison sèche dans les pays du Rhin.
  • L’Ukraine et la Slovaquie ont la flotte plus récente ; la plupart des bateaux existants ont moins de 30 ans.

 

 

 

 

Construction de nouveaux bateaux

 

 

  • En 2016, le nouveau tonnage ajouté au marché était d’environ 22 % plus élevé qu’en 2015
  • Ces dernières années, une nouvelle vague de construction a provoqué une surcapacité de gros navires qui a été clairement mise en évidence lorsque la crise économique a frappé de grandes parties du secteur de la navigation intérieure. Au cours de ces années, les flux de fret ont considérablement diminué alors que la flotte était toujours en expansion.

 

 

Construction de nouveaux bateaux dans les pays rhénans (nombre de bateaux)

Source : IVR

 

 

  • La plupart des nouvelles constructions ont eu lieu aux Pays-Bas (65 %). L’extension du port de Rotterdam et les bons résultats du transport de conteneurs ont encouragé les compagnies à commander de nouveaux bateaux avant la crise. Cependant, la plupart d’entre eux sont arrivés sur le marché en 2009.

 

 

Les bateaux nouvellement construits dans les secteurs des cargaisons sèches et des cales citerne (tonnage 1000 t)

Source : IVR

 

 

  • En lien avec la vague de constructions de nouveaux bateaux aux Pays-Bas, la capacité de chargement de nouveaux bateaux de cargaison sèche a triplé entre 2006 et 2009. Dans les nouveaux bateaux à cale citerne, la croissance a été encore plus élevée, étant donné que la capacité de chargement était cinq fois plus élevée en 2010 qu’en 2007. Lorsque la crise a commencé, moins de capacités ont été ajoutées sur le marché de la navigation intérieure.
  • Dans le segment des cargaisons sèches, 14 nouveaux bateaux ont été introduits en Europe occidentale en 2016, avec un tonnage total de 50 000 tonnes. Sur ces 14 bateaux, la moitié était destinée au transport de conteneurs (deux convois de pousse et cinq bateaux autopropulsés) ; les autres nouveaux bateaux étaient cinq bateaux à cargaison sèche autopropulsés et deux bateaux autopropulsés spéciaux pour le transport de sable.
  • En 2015, il y avait eu neuf nouveaux bateaux à cargaison sèche et à conteneurs avec un tonnage total de 31 517 tonnes. Par conséquent, l’année 2016 a apporté une légère augmentation nette.
  • Vingt nouveaux bateaux-citernes pour le transport de marchandises et trois nouveaux bateaux de ravitaillement en combustible sont arrivés sur le marché en 2016, avec une capacité de chargement totale de 51 000 tonnes (sans les bateaux de ravitaillement). Parmi eux se trouvaient le bateau de navigation intérieure le plus écologique du monde (ECOLINER) et aussi le plus gros bateau-citerne au monde pour le transport de bitume (LAPRESTA).
  • Il s’agissait d’une assez forte réduction par rapport à 2015 quand des bateaux ayant une capacité de chargement de 89 000 tonnes ont été mis en service.
  • En 2016, cinq nouveaux bateaux pousseurs et remorqueurs ont été construits. La plupart d’entre eux est active dans la région de l’ARA et sur le Rhin inférieur et un seul est actif dans le port de Bâle sur le Rhin supérieur.
  • En outre, deux nouveaux bateaux pousseurs ont été introduits par IMPERIAL pour ses activités en Amérique du Sud.

Observation du marché
Année 2017

0 Chapitre disponible

Aperçu du marché
Hiver 2017-2018

Un projet co-financé parCommission Européenne

Haut de page